Insight a été choisi par le CRiP et l’IMA pour accompagner leur migration commune vers Office 365

Ces Clubs associatifs se sont appuyés sur les services managés d’insight pour moderniser leurs pratiques collaboratives et bâtir un écosystème 0365 sécurisé.

Insight, intégrateur mondial des Insight Technology Solutions et de services, a été choisi par le CRiP et l’IMA, associations de loi 1901 dans le cadre d’un projet de modernisation pour renforcer l’agilité et fluidifier la collaboration même en mobilité. Les clubs associatifs se sont également appuyés sur les services managés d’Insight pour accompagner leurs collaborateurs dans ce changement et se recentrer sur des activités stratégiques et créatrices de valeur.

Le CRiP (Club des Responsables d’Infrastructure, de technologies et de Production Informatique) est le premier groupement français de directions IT, institution centrale du marché technologique français. Il regroupe 355 organisations adhérentes et réunit aujourd’hui près de 12 000 membres (CTOs, DSI, et leurs équipes). Son rôle est de produire du contenu et de partager des projets à forte valeur ajoutée.

Le CRiP est également associé à l’IMA (Innovation Makers Alliance), le premier groupement français de directions innovations, en lien direct avec la BPI, la DGE et le ministère de l’économie et des finances. L’IMA représente 95 entreprises et administrations adhérentes, rassemblant 4000 responsables stratégiques et opérationnels d’innovation technologique (Chief Innovation Officers, directions métiers menant des projets innovants, directions R&D et IT) pour travailler sur des thématiques autour de l’innovation d’entreprise.

Le CRiP et l’IMA travaillent de manière exclusive avec ITiForums et Bee Inn, entreprises commerciales, qui gèrent le développement technologique des plateformes digitales, la logistique des évènements et les activités commerciales de sponsoring auprès des fournisseurs de technologie. Ces 4 entités extrêmement connectées (CRiP, ITiForums, IMA, BeeInn) occupent les mêmes bureaux à Paris et Bordeaux. Les équipes communiquaient jusque-là par emails. Elles partageaient des documents par le biais de plateformes diverses telles que Google Drive ou Dropbox représentant un risque important en termes de sécurité et de perte des données. De plus, leurs collaborateurs et partenaires disposaient de différentes versions d’Office et leurs calendriers n’étaient pas connectés.

Cet environnement hétérogène complexifiait l’échange de documents et nécessitait des actions chron