Un consortium réuni autour du Campus HORS SITE est lauréat du Programme d’investissements d’avenir (PIA) n°3 régionalisé

Le consortium d’acteurs réuni autour du Campus HORS SITE, premier organisme de formation dédié à la construction hors-site (ou modulaire), annonce être lauréat de l’appel à projets PIA3 régionalisé Auvergne-Rhône-Alpes « Ingénierie de formations professionnelles et d’offres accompagnement innovantes », cofinancé par la région Auvergne-Rhône-Alpes et la Banque des Territoires pour le compte de l’Etat.

Une formation pour accompagner les transformations nécessaires de la filière construction

Depuis plusieurs années, la construction hors-site** est en plein essor. Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, datée de 2019, elle devrait représenter 20 % du marché mondial d’ici dix ans. Une évolution pressentie en réponse à un nombre grandissant de problématiques auxquelles fait face le secteur du bâtiment : la raréfaction de la main d’oeuvre qualifiée, la hausse du coût de la construction et des sinistres, l’allongement des retards sur les chantiers et la prise en compte croissante des impacts environnementaux.

Les nombreux avantages offerts par le hors-site (réduction des coûts, des délais de livraison, de l’impact environnemental et de la pénibilité du travail, entre autres) en font l’un des axes principaux pour assurer la modernisation – voire la transformation – d’un secteur du bâtiment en évolution, dont les acteurs devront être formés et accompagnés dans cette transition.

C’est dans ce contexte qu’a été créé en 2019 – à l’initiative de Pascal Chazal, fondateur du Groupe HORS SITE – le Campus HORS SITE, dont l’ambition est d’accélérer le développement en France – en lien avec la profession – d’une filière industrielle d’excellence grâce à la construction industrialisée.

« Année après année, on assiste à l’inexorable disparition de la main-d’oeuvre qualifiée. Nous manquons de bras et de compétences. Cela est vrai sur les chantiers mais aussi chez les maîtres d’ouvrages, les architectes et dans les bureaux d’études. Les anciens partent à la retraite, les jeunes ne sont plus attirés par le bâtiment, dont les conditions de travail sont difficiles », souligne Pascal Chazal, CEO du Campus HORS SITE.

Le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) a été mis en place par l’État pour financer des investissements innovants sur le territoire pour permettre à la France d’augmenter son potentiel de croissance et d’emplois. Le présent PIA3 régionalisé offre au Campus HORS SITE l’opportunité de développer son offre de formations à destination de tous les acteurs de la construction : maîtres d’ouvrage, architectes, ingénieurs, entreprises du bâtiment, etc.

Ce projet présente une forte dimension partenariale au travers des 11 membres du consortium, agissant en étroite coopération avec une quarantaine d’entreprises à ce jour engagées dans la démarche (maîtres d’ouvrage, maîtres d’oeuvre, entreprises du bâtiment et industriels, écoles et organismes de formation, fédérations professionnelles, organismes de certification et de contrôle).

La première école française de formation à la construction hors-site

Fondée sur un modèle opérationnel en Angleterre depuis cinq ans, le Campus HORS SITE est la première école française spécialisée sur la formation dans le domaine de l’industrialisation du bâtiment et basée en Auvergne Rhône-Alpes. En effet, la région Auvergne Rhône-Alpes, au travers de son
Schéma Régional de Développement Economique Innovation Internationalisation (SRDEII) a privilégié
plusieurs domaines d’excellence parmi lesquels le bâtiment et l’industrie du futur, directement liés aux
enjeux de l’industrialisation de la construction.

Plus précisément, le Campus forme – en « blended learning » (distanciel et présentiel) – les
professionnels sur 5 thématiques clés de la construction hors-site :

• La conception ;
• La fabrication en usine ;
• Le management de chantier ;
• Le transport et la logistique ;
• L’exploitation et la maintenance du bâtiment.


En tant qu’organisme de formation, le Campus dispose d’une plateforme web collaborative adossée à un système Learning Management System (LMS) au sein duquel on retrouve : une bibliothèque de ressources dédiées (études et rapports, cartographie des acteurs, vidéos techniques ou tutoriels, études de cas…), des modules e-learning, des évènements spécifiques, des tests de positionnement et d’évaluation des compétences. Par exemple, est déjà accessible le module e-learning « L’industrialisation de la rénovation énergétique », co-créé avec la société GreenFlex, partenaire du Campus et pilote de la démarche EnergieSprong en France. On dénombre à ce jour plus de 450 inscrits sur la plateforme e-learning.

« Le rôle des formations enseignées dans les écoles, qu’elles soient d’architecture, d’ingénierie ou de l’ensemble des métiers de l’immobilier et du bâtiment, est de former à des méthodes centrées autour du chantier. Mais elles abordent peu l’approche plus industrielle de la construction et le potentiel du hors site. Il apparaît donc indispensable d’offrir, comme cela a déjà été fait en Angleterre, une formation centrée sur l’industrialisation de la construction, permettant de bien comprendre les clés du succès du modèle », détaille Julie-Anne Millet, directrice du Campus HORS SITE.

Parmi les premiers chantiers du projet porté par le Consortium, le Campus conçoit actuellement son catalogue de formations comprenant notamment des ateliers, des « Voyages d’études » ou des « Journées fournisseurs ».

Vers la structuration d’un véritable écosystème productif de la construction hors-site

Plus globalement, le projet d’ingénierie de formation aux méthodes modernes de construction dites
« hors-site » souhaite jouer le rôle de catalyseur des acteurs pour créer les conditions de réussite des
mutations du secteur du bâtiment.

Cela passe notamment par :

• la définition d’une stratégie partagée pour organiser la montée en compétences et l’attractivité renouvelée des métiers du bâtiment ;
• la création de référentiels d’activités et de compétences partagés et déclinés sur les différents métiers ;
• l’identification de nouveaux métiers liés aux modes de construction de demain ;
• le maillage et les coopérations des différents acteurs à l’échelle des territoires.

Ainsi, ce n’est qu’avec la communication, coordination et coopération du plus grand nombre d’acteurs de la filière qu’il sera possible de rendre viable un nouveau modèle de construction et de réhabilitation pour des bâtiments plus résilients, à même de répondre aux défis environnementaux (notamment dans le cadre de la future réglementation RE2020), digitaux, technologiques et économiques de demain.

« Nous avons l’intime conviction qu’il est possible de moderniser l’industrie de la construction, ensemble, grâce à la collaboration et l’éducation de tous : entreprises, fournisseurs, les maîtres d’ouvrage et sous-traitants. Nous proposons de former ces acteurs pour améliorer leurs techniques et les encourager à utiliser de nouvelles technologies et méthodes », conclut Pascal Chazal, CEO du Campus HORS SITE.

*Le consortium réuni autour du Campus HORS SITE est ainsi composé :

– acteurs de l’entreprise : Les Ateliers 4+ (cabinet d’architectes), BTP Consultants (bureau de contrôle), GreenFlex (Porteur du mouvement EnergieSprong), ABC Eco (cabinet de conseil et d’économie de la construction), Patch Conseil (cabinet de conseil et d’assistance à maîtrise d’ouvrage), Technologies et Habitats (constructeur bois) ;
– acteurs de la formation : AFPA (au travers du centre d’ingénierie du BTP et du centre AFPA du Puy en Velay), ENISE (école d’ingénieurs), le Campus Hors Site (première école de formation à la construction hors-site en France) ;
– acteurs institutionnels et professionnels : l’ACIM (syndicat professionnel national des constructions industrialisées et modulaires) et Cluster de l’éco-bâtiment en Auvergne-Rhône-Alpes.

Financeurs de l’appel à projet PIA3 régionalisé Auvergne-Rhône-Alpes

** La construction dite « hors-site » consiste à construire en deux temps : en dehors du chantier, il s’agit de préfabriquer, produire industriellement dans des ateliers ou des usines, des éléments de plus ou moins grande taille, avec un niveau de finition très avancé. Puis livrer et assembler sur le chantier ces éléments préfabriqués pour constituer le bâtiment final.

L’approche hors-site est très différente de la construction traditionnelle centrée sur le chantier et donc sur un projet/une opération unique. Elle se focalise sur un produit (des écoles, des hôtels, des résidences étudiantes…) et utilise les méthodologies de l’industrie telle que le DfMA (Design for Manufacture and Assembly) et le LEAN Manufacturing appliquées à la construction pour le rendre le plus performant possible et surtout qu’il s’intègre dans une logique d’amélioration continue.

Related posts
Une « Signature » pour le coeur historique de Reims : la société civile de construction-vente (SCCV) dévoile sa nouvelle résidence

La SCCV Signature dévoile aujourd’hui les contours de la nouvelle résidence « Signature » qui s’élèvera d’ici peu sur le site de l’ancienne Poste du Boulingrin, en plein coeur du centre historique de Reims, en face de l’un des lieux les plus emblématiques de la Cité des Sacres.

Feu vert pour « viliaprint© » : le logement social s’imprime en 3d béton

Plurial Novilia – Entreprise Sociale pour l’Habitat (ESH) filiale du groupe Action Logement – et l’ensemble de ses partenaires, annoncent aujourd’hui l’obtention de la certification par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment)

L’Unafo tire la sonnette d’alarme : la création de logements en résidences sociales recule en 2019

La DHUP a publié le 2 septembre le bilan 2019 des logements aidés. Ce bilan reprend les chiffres de production des différentes composantes du logement social. Ce bilan vient confirmer de nombreuses inquiétudes de l’Unafo et renforcent ses demandes. La politique du Logement d’Abord, et plus encore le contexte de la crise sanitaire actuelle, ont […]