Le défaut d’optimisation des technologies coûte aux entreprises européennes au moins 2,3 M€

Une enquête d’Insight révèle qu’en dépit de la pression pour réduire leurs coûts, les entreprises laissent échapper des économies potentielles en matière de licences, d’infrastructure et de gestion de parc.

Alors que 95 % des entreprises européennes (80 % en France) sont sous pression pour réduire leurs coûts depuis la pandémie de Covid-19, une incapacité à optimiser leurs dépenses informatiques freine nettement leurs efforts, selon une étude réalisée par Insight.

A titre d’exemple, les entreprises consacrent en moyenne chaque année, 2,34 millions d’euros (M€) de plus qu’elles ne devraient en licences logicielles, en raison de celles qui sont inutilisées. Cela représente une somme suffisante pour rémunérer 45 informaticiens spécialisés.

Depuis mars 2020, 51 % (58 % en France) des entreprises ont réduit leurs effectifs et, pour plus d’un quart d’entre elles (27 % en Europe et 21 % en France), la taille de leur équipe informatique en particulier. 44 % (39 % en France) prolongent la durée d’exploitation de leurs actifs informatiques et 34 % (39 % en France) regroupent leurs bureaux physiques. Pourtant, les entreprises ne parviennent pas à optimiser totalement leurs coûts informatiques.

Les investissements dans des domaines tels que les logiciels, le support informatique et l’infrastructure ont augmenté depuis mars 2020. Pourtant la majorité des équipes informatiques indiquent que ces investissements n’ont pas été aussi stratégiques qu’il aurait fallu, laissant ainsi une marge d’optimisation. 50 % (56 % en France) de ces mêmes équipes font état de la nécessité d’optimiser leurs investissements dans le support informatique, 50 % dans les logiciels, 60 % (58 % en France) dans le cloud privé et 68 % (75 % en France) dans l’IaaS (Infrastructure as a Service).

L’étude met également en lumière un certain nombre de défis majeurs auxquels sont confrontées les entreprises pour optimiser leurs coûts informatiques :

  • 66 % (68 % en France) des entreprises comptent de nombreux matériels et logiciels en double car elles ont eu besoin de nouvelles technologies au début du premier confinement.
  • 63 % (67 % en France) ne peuvent adapter leurs licences logicielles au nombre de leurs employés.
  • 69 % (72 % en France) peinent à faire face à une recrudescence du BYOD depuis mars 2020.

« Les départements informatiques doivent